Notre-Dame-du-Bon-Conseil

Mgr Paul LaRocque érige canoniquement la paroisse sous le vocable de Notre-Dame-du-Bon-Conseil, le 19 mars 1922. Le vicaire Lacombe est nommé curé le 25 novembre suivant. Il dessert aussi la mission de Milan.

 

Le curé Lacombe est nommé curé à Saint-Jacques-le-Majeur le 2 avril 1923. On découvre, le 2 mai 1924, qu'il n'a jamais été prêtre. Pierre-Edmond Lacombe, professeur laïc au discours fascinant et convainquant s'était trouvé ainsi une façon assurée de gagner noblement sa subsistance. On l'a appellé le curé imposteur.

 

L'abbé Joseph-Sébastien Tremblay, le deuxième curé de la paroisse Notre-Dame-du-Bon-Conseil, demeure en poste deux ans.

Des pionniers écossais arrivent dans le canton en 1856. Dès 1860, ils se chiffrent à 300 habitants, soit 47 familles. La localité provient du démembrement, en 1874, de la municipalité de Whitton en trois municipalités de canton distinctes : Marston, Hampden et Whitton. L'endroit s'identifie sous l'appellation Sprin Hill, par allusion à une source située sur une petite colline, à proximité du village. Attribuée au bureau de poste local en 1879, cette appellation est reprise, en 1910, pour la mission de Notre-Dame-du-Bon-Conseil de Springhill.

 

En 1905, les premières familles Canadiennes-françaises arrivent à Springhill. Elles s'intègrent aux familles françaises et écossaises déjà installées.

 

L'abbé Gédéon Gaulin, curé de la paroisse de Sainte-Cécile-de-Whitton, vient dire une première messe dans la maison de Joseph Ferland le 27 octobre 1910. Par la suite, une chapelle se construit. À ce moment, on compte 15 familles catholiques.

 

Le 27 septembre 1920, l'abbé Pierre-Edmond Lacombe, venu d'Europe, arrive dans le diocèse. Il est nommé vicaire à la paroisse Sainte-Agnès de Lac-Mégantic, avec le mandat de desservir la mission.

Une église se construit en 1928. Au mois d'octobre, Mgr Alphonse-Osisas Gagnon vient la bénir de même que le presbytère et une école.

 

Un incendie détruit le presbytère et endommage l'église le 16 février 1945. Rapidement, le presbytère se reconstruit ; l'église est réparée, rénovée et agrandie.

 

Le couvent de Nantes est inauguré le 15 octobre 1949. Le 26 août de l'année suivante, quatre religieuses de la Présentation de Marie arrivent pour en prendre charge. Elles y restent jusqu'au début des années 1980.

 

Le 7 mars 1957, à la suite d'une demande du conseil municipal, un arrêté ministériel du gouvernement provincial change le nom de Springhill pour celui de Nantes. Ce nom de Nantes rappelle que quelques Français, originaires de cette ville de France, ont été parmi les colons venus s'implanter dans ce coin de terre au corus des années 1880.

Au cours des mois de février et mars 1972, l'intérieur et l'extérieur  de l'église sont complètement rénovés.

 

De 1969 à 1991, le curé de la paroisse Notre-Dame-du-Bon-Conseil agit aussi comme curé de la paroisse Saint-Ambroise de Milan. Par la suite, la paroisse se jumelle aux paroisses de Saint-René-Goupil de Marston et de Sainte-Cécile de Sainte-Cécile-de-Whitton. Le presbytère se vend en 1996.

 

Le 8 octobre 2005, l'église Notre-Dame-du-Bon-Conseil ferm. Le 31 décembre de la même année, la paroisse se dissout et son territoire est intégré dans celui de la paroisse Sainte-Agnès de Lac-Mégantic.

 

Gilles Baril, prêtre. Livre : Une Église Entre Lacs Et Montagnes.

Mgr Alphonse-Osias Gagnon